Retour aux solutions

Simuler la visibilité directe des sources d’éclairage

Le nombre de sources lumineuses visibles et la « quantité » de lumière reçue en divers endroits d’un territoire définissent ce qu’on appelle la pollution lumineuse « directe ». Il est possible de la mesurer grâce à une simulation en 3D de la propagation des flux lumineux à partir d’un ensemble de points d’éclairage.
PICTO%20performance%20energetique
placeholder image

Modélisation du nombre de points lumineux visibles

Une première analyse de la pollution lumineuse directe consiste à cartographier le nombre de sources d’éclairage visibles depuis chaque point du territoire étudié, à une certaine hauteur au-dessus du sol.

Cette simulation est réalisée en croisant des données relatives aux points lumineux (localisation, hauteur) avec une représentation 3D du territoire (modèles numériques de terrain et de surface), permettant de prendre en compte l’effet de masquage de la lumière causé par le relief ou les bâtiments.

Le choix de la hauteur permet d’étudier divers types de situations : personne au sol ou en étage, animal évoluant sur le sol ou espèce volantes, etc.

placeholder image
PICTO%20performance%20energetique
placeholder image

Modélisation des niveaux d’éclairement

Le niveau d’éclairement en un point donné correspond à la somme des flux lumineux émis par l’ensemble des sources d’éclairage visibles depuis ce point.

Ce second niveau d’analyse de la pollution lumineuse directe vise donc à cartographier la « quantité » de lumière reçue en divers points d’une zone d’étude, à une certaine hauteur au-dessus du sol.

Elle est réalisée en croisant des données détaillées sur les sources d’éclairage (puissance, orientation des flux, hauteur, etc.) avec des modèles numériques de terrain et de surface.

placeholder image

Nos solutions en action

Vous souhaitez découvrir des exemples concrets d’application ?
Nous mettons en œuvre nos outils et méthodes dans de très nombreux projets chaque année.

Consulter nos réalisations